L’exil au Mexique – chapitre 2 : Naturopathie

90424554_807035766471893_5353412280442683392_n

L’exil au Mexique – chapitre 2 : Naturopathie

Quand le soleil a fait son apparition le lendemain, j’ai grimpé sur la terrasse et me suis assise en tailleur. On entendait au fond de la vallée, le rythme enjoué des trompettes mexicaines sonnant dans une radio, deux aigles planaient au ras des arbres, leur nid sur la plus haute branche d’un pin. On entendait les grillons, et quelques cris d’oiseaux et de lézards que je n’avais jamais écouté auparavant. De temps à autre, on pouvait distinguer le passage d’une camionnette sur la route principale. L’air est chaud, il y a un fond de vent. Je suis restée assise à écouter cet environnement si différent de tout ce que j’avais toujours connu : les mouettes, l’odeur de l’écume, le bruit du fracas des vagues contre les brises-lames de Saint Malo. Mais aujourd’hui, j’étais au sommet de la colline, l’air était pur et la chaleur enivrante.

Assise, les yeux mi-clos, je rêvassais lorsqu’un bruit pétaradant m’a sorti de ma transe. C’est Blas qui rentre en moto du village. Il monte les escaliers, et s’exclame : « J’ai quitté mon travail ! », tous accourons dans la cuisine. « J’ai démissionné. Il n’y avais presque plus personne à venir manger. Le patron me traitait mal depuis quelques semaines, j’ai décidé que c’en était assez pour moi. Si c’est la fin du monde, qu’elle soit agréable ! »

« Excellente décision, il ne faut pas se laisser marcher sur les pieds. » a répondu Marcelo.

« Comment va-t-on faire pour vivre sans ton salaire ? » s’inquiéta Paula.

« Il faut fêter ça ! » a ajouté Cordoba.

Je me suis malicieusement glissée vers le frigo où restaient les 6 dernières bières. « Je vais préparer un bon repas pour tout le monde. Il me faut de la viande, du pain, du fromage et plus de bières. Tu t’en charges ? » m’a demandé Marcelo.

J’ai donc préparé une expédition au village. Les règles sont simples. Ne pas toucher de poignée de porte, respecter un mètre de distance avec mes semblables, ne pas toucher mon visage, et me laver les mains en rentrant.

Lorsque j’arrive en bas de la colline, c’est pour découvrir un village fantôme. Il n’y a personne dans les rues. Tant mieux. J’arrive au marché le plus proche sans avoir croisé âme qui vive. Il n’y a pas de porte, tant mieux. J’accumule mes achats sur le comptoir. « Mademoiselle, achetez du chili et du Mezcal, ça tue toutes les bactéries ! » me lance le jeune homme qui tient la caisse. Le Mezcal est un alcool d’Agave comme la tequila. La plante est protégée par un ver et celui ci, se trouve dans la bouteille, autant dire que d’apparence ça ne donne pas très soif. « Celui-ci est une recette de ma grand-mère, ça vous protégera ». Après ces arguments très convaincants, je me procure une bouteille, et je retourne à la cabane.

« On est sauvés ! » s’écrit Cordoba lorsque je sors la petite bouteille en plastique de mon sac à dos.

Et pendant que le soleil se couche, les hommes préparent le feu de bois. Les langues se délient au fur et à mesure que la bouteille se vide. Chacun raconte son histoire, et ce qui l’a amené jusqu’à cet endroit précis. Blas travaille dans des auberges de jeunesse depuis plusieurs années pour le gîte et le couvert, à présent, il veut apprendre l’anglais et partir au Canada. Paula souhaite s’envoler pour l’Australie avant ses 30 ans. Cordoba s’appelle Marina, et voyage autour du Mexique depuis deux ans. Le repas est délicieux et le moment réconfortant. C’est lorsque la nuit commence à s’épaissir que nous nous séparons et retournons à nos quartiers respectifs.

19/03/2020 – Deuxième jour de l’exil au Mexique.

Cette version romancée de notre quarantaine pour le coronavirus vous a-t-elle plu ? Y aura-t-il un chapitre trois? Blas apprendra-t-il l’anglais? Les héros vont ils survivre à la gueule de bois du Mezcal ? Vous le saurez dans le prochain épisode de l’exil au Mexique! Lâchez vos commentaires puisqu’on a plus que ça à faire !

Chapitre trois ici

Retrouvez le chapitre un ici

On en parle sur Facebook, vous pouvez voir les photos sur Instagram ou lisez les dernières nouvelles ici !

5 commentaires

What do you think?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

English EN French FR Spanish ES
%d blogueurs aiment cette page :