Le sexe en Asie

Un petit point cul-turel ici, parce que j’ignorais tout de cette culture du sexe tant présente en Asie, et qu’il est bon en être informé avant de partir ! 

Fat and ugly, but rich American

J’avais déjà entendu parler, sûrement dans un reportage de Capital, de ce qui s’appelle le “tourisme sexuel”. De gros et moches (souvent américains, mais il y a aussi pas mal de russes et d’anglais…), viennent avec leur pension vivre aux Philippines ou en Thaïlande. On les voit alors passer avec au bras une jeune asiatique, qui se laisse emporter par celui-ci partout parce qu’il paye pour tout. On les voit absolument partout, ils sont plus nombreux que les autres touristes. Il y a quelques jeunes également, ceux qui, malheureusement n’auraient pas leurs chances dans leur pays d’origine…

Ensuite différent cas de figure, soit ils rentrent chez eux après 15 jours, soit ils s’installent dans le pays avec la demoiselle, soit ils l’emmènent avec eux… Pour la femme, un moyen de vivre au dessus du niveau de vie qu’elle a toujours connu. Pour l’homme un peu de compagnie…

To be or not to be a Lady

Un autre phénomène intéressant est celui des LadyBoys, je ne savais pas que c’était autant répandu ! Ce sont des femmes qui sont nées hommes, et qui se sentent femmes toute leur vie, jusqu’à ce qu’a l’adolescence oû elles décident de prendre les choses en main et de devenir celle qu’elles sont. Alors elles se font poser des poitrines, se font gonfler les lèvres, mettent des lentilles, perruques, se maquillent et rêvent de pouvoir couper ce qui les dérange et les humilie entre les jambes.

Il y en a énormément. Elles travaillent sur les marchés, dans les salons de coiffure, dans les restaus, dans des bureaux, dans des supermarchés ou bien se prostituent (mais elles ne sont pas toutes prostituées!).

Dans les capitales, en marchant le soir dans la rue, les prostituées appellent les touristes. Une Ladyboy honnête (elles en sont d’ailleurs assez fières) vous préviendra mais une arnaque répandue est de se faire passer pour une massagiste, et après 1h, montre qu’elle n’est pas une femme : le touriste doit quand même payer pour cette heure ensemble, “sinon le Mac va s’énerver”. Elles font cette arnaque par deux, parce qu’un homme chaud et en colère pourrait très bien leur casser la figure !

Elles souffrent d’un manque d’approbation du reste du pays, à la morale conservatrice, cependant sont tant nombreuses que c’est un paradoxe ! Aux Philippines, elles sont vraiment plus jolies que les femmes, et il est très facile de se tromper. En Thaïlande on voit immédiatement la différence, notamment à l’arcade sourcilière très marquée.

All you can buy

En Thaïlande uniquement, il existe une culture très particulière sur les îles. Toutes les filles qui sont dans les bars, clubs, ont un prix. Même si elle n’est pas prostituée, il sera possible de la ramener chez soi moyennant le prix qu’elle considère suffisant.

Il existe des bars à prostitution, et des freelancers (des prostituées qui n’ont pas de Mac et travaillent à leur compte), mais ici nous parlons bien d’une façon de vivre. Une nana normale qui sort avec ses copines et se rapproche de quelqu’un en dansant, lui offrira de passer la nuit avec elle, pour quelques dizaines de dollars.

De l’amour à revendre

Ce que j’ai appris en discutant avec elles, c’est qu’elles ont l’impression de mener une vie plus luxueuse que la moyenne de leurs compatriotes, les touristes se comportent bien avec elles et les chouchoutent… Et leurs prix varient de 15 à 200$ de l’heure, dans un pays où le salaire moyen est de 5 à 7$/jour…

J’ai beau trouver tant de prostitution choquant, je dois admettre qu’en fait chacune y trouve son compte… Les ladyboys cherchent un homme pour la chérir et de l’argent pour l’opération, les autres cherchent un étranger pour sortir du lot, les jeunes femmes se prostituent quelques heures pour passer une bonne soirée. L’argent et l’amour sont en permanence liés.

Pour nous, super bizarre de penser rester avec quelqu’un pour de l’argent… Parce qu’on a le confort de l’Europe, où on pense tellement à notre bonheur personnel, qu’impossible de le troquer contre quelques euros… mais la pauvreté extrême apporte des comportements extrêmes…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *