Choc – Ils passent 3 semaines sans électricité et survivent!

Pendant vingt jours, nous avons décidé de renouer totalement avec la nature, et de nous déconnecter du monde. Pour deux millénials, c’est une aventure périlleuse mais, est-ce possible ? Nous avons tenté l’expérience à Siargao, petite île face au pacifique à l’extrême Est des Philippines.

Tiens, regarde, ça c’est Siargao, c’est une petite plage à 15 minutes à pied de notre campement. Ça te plais ?

#nofilter

Cette expérience nous a profondément changés, on se rend compte à présent qu’il est possible d’être très heureux avec presque rien, et qu’il existe encore sur cette planètes des endroits qui ne sont pas détruits par le capitalisme sauvage.

Nous y avons vécu dans notre tente, sur un terrain écologique, le Harold Galaxy, (5$ la nuit) un terrain avec quelques huttes, des poules, des chats, des chiens, des bernards l’hermite, des araignées et une propriétaire philippine mordue de mener une vie 100% naturelle, c’est à dire 100% sans électricité.


Alors, verdict ? C’est possible ?

Pas de lumière.

La nuit tu dors. Ou alors tu profites du ciel étoilé absolument incroyable et sans pollution lumineuse. On utilisera des lampes à piles ou solaires quand on aura besoin de veiller un peu ou se déplacer pour rejoindre les toilettes au milieu de la nuit. Le jour, comme les pièces n’ont pas de mur, la lumière du jour entre totalement et pas besoin d’autre source lumineuse.

Pas de frigo.

La nourriture s’achète au jour le jour au marché, et se conserve dans des paniers qu’on accroche au plafond, pour éviter les invasions de fourmi ou l’odorat du chat. Pas de frigo c’est aussi pas de restes : il faut faire la quantité suffisante de nourriture, et s’il y en a trop, partager avec les voisins.

Bon, on aimerait bien pouvoir se garder une petite bière au frais, mais au fond ce n’est pas si dramatique…

Pas de plaques de cuisson, ni de four, ni de micro-onde.

Mais un bon feu de bois dans des sortes de fours en terre cuite. Ça oblige à prendre son temps pour cuisiner, les philippins adorent passer des heures devant leur riz et leur barbecue.

Pas d’eau chaude.

On fait bouillir l’eau chaude au réveil, et on la conserve dans des thermos pour le café du matin. Pour la douche, eh bien on s’habitue à l’eau froide : ce qu’il faut faire, c’est mettre directement la tête dessous et ensuite le reste du corps passe tout seul…

Pas de climatisation.

Un système de balancier le remplace dans les huttes, et nous avions acheté des petits ventilos Xiaomi qui, dans la tente ont bien fait l’affaire ! Pour Marcelo ce n’était pas facile, les habitants du continent américain ont bien du mal à vivre sans l’aircon…

Pas de télé.

À la place, tout un écosystème de Bernards l’Hermite ayant élu domicile dans la pièce à vivre et qui sont aussi intéressants que n’importe quel programme télévisé.

Pas de prise électrique.

Donc pour nous, pas de charge de téléphone (catastrophe non?). Il faut donc aller jusqu’à la seule prise solaire (120V) du terrain et laisser tous ses appareils (ordi, téléphone, batteries externes…) à charger pendant une journée.

Pas d’internet.

Pour Marcelo impossible de concevoir vivre sans internet, et puis les jours de pluie, pour moi ça devient compliqué aussi… Et puis quand tu prends plein de jolies photos à la plage mais que tu peux pas faire ta star sur insta’, c’est vraiment dur la vie.

Aux Philippines, il existe deux compagnies qui donnent internet à ton mobile, Globe et Smart. Oublie Globe. Smart est celui qui fonctionne le mieux et qui pour 1000pesos (15€) par mois te donne 2gigas par jour. C’est suffisant pour un usage normal : surfer, regarder des vidéos, faire des appels whatsapp & facebook, télécharger des apps… Du coup Marcelo s’est pris une carte Sim, et me partage son internet quand j’en ai besoin.

Pas de bruit.

Aucun bruit parasite, le jour on entend les coqs chanter, les vaches mugir, les enfants rire. La nuit on entend le reflux des vagues, les cris des animaux nocturnes et de la jungle…Et aussi les coqs chanter !
Enfin du calme !

Bonus : zéro déchets !

Enfin, comme l’île ne dispose pas d’un collecteur de déchets, mais que les Philippins sont tout de même consciencieux de l’environnement (enfin… quand ils ne brûlent pas leurs déchets plastiques…), ici on vit avec zéro déchet ! Les déchets comestibles sont donnés aux animaux, et les déchets plastiques soigneusement rangés dans des bouteilles de coca-cola, pour en faire des briques naturelles !

Mais alors, vivre sans télé, sans ordi, sans bruits, sans soucis, c’est possible ?

C’est donc en fait tout à fait possible, il faut juste reprendre un rythme de vie naturel, lâcher un peu le téléphone et stimuler son corps par de bonnes douches fraîches.

On a pu vivre au rythme du jour, apprenant à prendre son temps pour faire les choses : il faut deux heures pour cuisiner ? Cuisinons. Il faut laver la lessive à la main ? C’est parti. Il pleut ? Partie d’échec. Aller faire ses courses au marché, jouer avec les enfants du coin, s’engager dans de grandes discussions… Et toutes ces choses que nous ne faisons plus en Europe, parce qu’on a pas le temps. Alors qu’en fait, le temps est exactement le même…

Des milénials qui prennent leur temps, c’est totalement impensable, et c’est vrai qu’au début ce n’était pas facile, mais ce retour à la nature et aux choses simples nous a fait un bien fou et offert un véritable repos du corps et de l’esprit.

La proprio est en train d’installer son 2e panneau solaire, pour pouvoir avoir quelques prises électriques et de la lumière dans les toilettes la nuit…

Amis baroudeurs en quête de sortir du système et de vivre une vie saine, sortir de votre zone de confort ? Les Philippines, et notamment Siargao est l’endroit idéal !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *